Recherche

Juste lire

un livre ou deux et plus si affinités…

« Les Enchantements d’Ambremer » de Pierre Pevel chez Bragelone et Folio SF

 

Si je devais le résumer…

Cela fait longtemps que ce livre m’intrigue, sa couverture m’a toujours attiré. Me voici donc lancée dans un univers enchanteur, féerique dans un Paris des années 1900. Ici les chats ont des ailes et parlent, les gargouilles prennent vie, la tour Eiffel est en bois etc…

 

C’est l’histoire…

C’est un peu comme une enquête policière mais dans un monde fantastique. Louis Griffont mage doté de certains pouvoirs que je vous laisse découvrir et en charge de résoudre une énigme sur l’apparition d’objets enchantés. Mission plutôt simple si des meurtres ne venaient pas s’ajouter à cette histoire. Accompagné d’Aurelia une enchanteresse qu’il connaît bien, ils vont se lancer dans une aventure périlleuse.

Ce que j’ai aimé…

  • L’univers magique de ce roman
  • On est replongé un peu en enfance comme lorsque nous lisions des contes
  •  C’est drôle, cocasse et rocambolesque
  • C’est une lecture qui change de l’univers de la littérature plus classique et cela fait du bien
  • C’est une lecture simple, fluide et qui nous fait voyager.

Le mot de la fin..

Je découvre un auteur et une série dont j’ai bien envie de lire les enquêtes suivantes (2 autres tomes). Si vous avez envie d’une lecture qui vous permet de vous évader, foncez c’est pour vous. Il vous faudra juste abandonner vos idées « cartésiennes » pour quelques heures.

 

 

Publicités

« En attendant Bojangles » de Carole Maurel et Ingrid Chabert chez Steinkis

 

Si je devais le résumer…

L’adaptation plus que réussie d’un roman qui m’avait transporté…

Je m’étais fait mes propres images alors je craignais d’être déçue comme lorsque l’on voit un film inspiré d’un livre que l’on a aimé et que l’on y retrouve pas la même magie.

J’ai vite été rassurée, sa fantaisie, sa légèreté et sa profondeur y sont parfaitement retranscrite.

 

C’est l’histoire…

D’une famille, un peu hors norme.

Un petit garçon qui vit avec des parents décalés et un oiseau exotique : Mlle Superfétatoire. La vie pour eux n’est faite que de joie de vivre, plaisir et d’originalité. Ils vivent en marge, se fichent des conventions et envoient tout balader quand cela les pese.

Mais c’est aussi l’histoire de ce couple qui s’aime à la folie…

 

Ce que j’ai aimé…

  • Le dessin qui dans les couleurs et dans la forme accompagne parfaitement la douce mélodie de cette histoire.
  • Tout comme dans le roman, on ne retient pas la mélancolie de cette histoire mais plutôt son humour, sa légèreté et son coté pétillant.
  • C’est beau, optimiste et plein d’amour

Le mot de la fin…

Je vous conseille vivement la lecture de la BD et du roman et pourquoi pas accompagné  par « Mr Bojangles » de Nina Simon. Vous serez immédiatement transporté dans cet univers magique.

 

 

 

« Entre deux mondes » Olivier Norek chez Michel Lafon

Si je devais le résumer…

Etrangement peut être, je ne lui donnerai pas le nom de polar ou thriller même s’il est classé dans ce genre.

Pour moi c’est plutôt un roman « social » sombre, avec effectivement des crimes mais là n’est pas l’essentiel de l’histoire. Vraiment pas…

Un thème d’actualité qui vous touche en plein coeur…

Un livre inspiré d’un fait réel…

C’est l’histoire…

D’un homme qui doit fuir la Syrie avec sa famille parce qu’il est un flic opposé au régime. Sa femme et sa fille vont partir en premier, lui les rejoindra dans la « Jungle » de Calais avec plus de 5500 km à parcourir.

Mais tout ne va pas se passer comme prévu.

Il va s’attacher à un enfant qu’il sauvera d’un viol, se lier d’amitié avec un flic qui l’aidera alors que sa hiérarchie ne respectera pas ses engagements et tenter de faire passer le jeune africain en Angleterre.

Ce que j’ai aimé…

  • Le thème des migrants abordé avec « neutralité »
  • La relation entre le syrien et le petit garçon.
  • Une découverte de cette « jungle » dont on a souvent entendu parler sans savoir vraiment ce que c’est.
  • Des personnes touchantes, émouvantes, et de la douceur ce qui est assez rare dans les romans « policiers ».
  • Pour moi c’est encore une fois une belle leçon de vie, c’est une fiction certes mais pas si éloignée de la réalité.

Le mot de la fin…

Une lecture enrichissante avec beaucoup d’émotion. Dans la même thématique que « Police » d’ Hugo Loris et « les échoués » de Pascal Manoukian que je vous conseille fortement.

Ne perdons pas notre bienveillance et notre humanité…

Et si je vous proposais un Calendrier de l’Avent…

Une idée me trotte dans la tête depuis quelque temps…

Comment vous donner des petits conseils pour vos cadeaux de Noël ?

Eureka, je pense avoir trouvé. Je vais créer mon premier calendrier de l’Avent « livresque »…

Chaque jour une mini chronique de quelques lignes : Un roman, un polar, une BD ou tout autre livre que j’ai beaucoup aimé et que vous pourrez offrir à vos proches.

Alors rendez-vous dès le 1er décembre sur mon blog http://www.justelire.wordpress.com pour commencer vos repérages…

Et en attendant, les mardi et vendredi mes chroniques traditionnelles continuent…

A bientôt

Votre père Noël littéraire

« Les cahiers d’Esther » de Riad Sattouf chez Allary Editions

 

Si je devais le résumer…

Les tribulations drôlesses d’une petite fille dès ses 10 ans. Un album = une année de sa vie.

Une bande dessinée un peu dans l’esprit de « Pico Bogue » d’Alexis Dormal ou du livre jeunesse « le petit Nicolas » de Goscinny et Sempé.

C’est l’histoire…

A chaque page nous découvrons  une tranche de vie d’Esther et de sa famille. Nombreuses préoccupations d’une enfant de cet âge y sont traitées avec humour et vous feront sourire : l’amitié, les portables, les premiers amours, les chanteurs populaires : Kendji,Tal,Louane. Plus surprenant elle nous parlera également d’un chanteur des années 80 dont les paroles la feront pleurer : passage hilarant.

Riad Sattouf aborde également ici la vie des adultes, la différence, les attentats, toujours à travers les yeux et avec les mots d’une petite fille.

Ce que j’ai aimé…

  • le format, une page, une histoire
  • l’humour
  • le réalisme
  • un vrai reflet de la société et de la vie d’une petite fille à notre époque

 Le mot de la fin…

Ces trois premiers tomes sont un vrai régal.

Ne les lisez peut-être pas d’une traite car les pages sont parfois denses, savourez-les plutôt petit à petit. 

 Vivement les prochains volumes, il devrait y en avoir jusqu’aux 18 ans d’Esther. 

« Les passeurs de livres de Daraya » de Delphine Minoui aux Editions du Seuil

 

Si je devais le résumer…

C’est un livre qui nous donne une belle claque, nous oublions bien trop facilement la chance  que nous avons de pouvoir nous nourrir intellectuellement de tout ce que nous désirons. Pour nous c’est une évidence…

Pourtant, n’avoir que comme unique possibilité de lecture que celle décidée pas des dirigeants, cela existe encore à notre époque, en Syrie par exemple.

On peut essayer d’imaginer , mais on ne peut réellement savoir ce que c’est. Nous qui dans un pays avons accès à toutes les lectures que l’on souhaite depuis notre plus jeune âge.

C’est l’histoire….

De jeunes, à Daraya une ville que Bachar El Assad a décidé d’éradiquer qui, découvrent des livres dans des ruines de maisons. Ils décident de créer une bibliothèque clandestine et s’ouvrent alors un espace de liberté, d’évasion d’un quotidien inadmissible et intolérable pour tout être humain.

A travers ce livre on découvre la vie et le parcours de différents jeunes hommes, privés de tout, qui survivent grâce à la force de leur courage et de leur détermination pour ne pas céder à un tyran qui utilise les plus terribles armes de guerre pour éradiquer toute résistance.

Ce que j’ai aimé…

  • La beauté de cette histoire
  • C’est espoir, cet optimisme qui anime ces jeunes syriens.
  • Le courage de ces hommes privés de tout mais qui garde leur dignité.
  • La  multitude de phrases toutes plus belles les unes que les autres que j’ai souligné et relis souvent.
  • C’est une ode au pouvoir de la lecture, à cet univers qui s’offre à nous grâce aux livres.

 

Le mot de la fin…

Ce livre me donne des frissons.

Il devrait être étudié en classe pour nous rappeler les privilèges dont nous jouissons alors que d’autres dans le monde en sont encore et toujours totalement privés.

A lire, relire, offrir… INDISPENSABLE…

 

 

 

« Shi » de Zidrou et Homs chez Dargaud

 

2 tomes sortis à ce jour

 

Si je devais le résumer…

Une Bd riche, dans un univers historique, fantastique à l’histoire et au dessin captivant.

De l’aventure, du suspens et une bonne dose de mystère vous attire irrémédiablement vers cet « ovni ».

 

C’est l’histoire

Très difficile à résumer tellement c’est foisonnant.  Les choses nous sont vraiment dévoilées au compte-gouttes.

Deux époques :

Londres, années 2000, une mine explose et ampute la jambe du fils du fabriquant de ces engins… Une vendetta semble lancée contre les dirigeants de cette société, responsable de la mort ou mutilation de beaucoup d’enfants dans le monde…

Londres 1851, une jeune femme « rebelle » de la société bourgeoise et une japonaise s’unissent suite au décès du bébé de celle-ci, après que l’on ai tenté d’en faire disparaître le corps pour cacher un scandale…

Quel lien peut-il bien relier ces deux événements ?

Ce que j’ai aimé…

  • Le dessin que je trouve splendide.
  • Cet univers, étrange, sombre et fantastique.
  • L’intrigue complètement envoûtante.
  • Cette double histoire qui se déroule sur deux périodes distinctes et qui se relient petit à petit.
  • Ces deux héroïnes dans un monde d’hommes plus que barbares.

 

Le mot de la fin….

Je veux la suite !!! suis Addict ….

Quelle torture de devoir attendre…

D’un autre côté, j’ai pris un grand plaisir à relire le tome 1 à la sortie du suivant il y a quelques jours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Tenebra Roma » de Donato Carrisi chez Calmann Levy Noir

 

Si je devais le résumer… 

Un polar « ésotérique » au suspens implacable.

Il m’a été difficile de le refermer tellement on est aspiré dans cette histoire sombre et captivante.

Ames sensibles s’abstenir, certaines scènes sont plutôt violentes.

 

C’est l’histoire…

Rome se retrouve plongée dans un Black Out pendant 24h.

Alors que le chaos risque de s’installer, un bourreau commet des crimes abominables.

Le Vatican qui se retrouve impliqué charge Marcus un pénitencier d’inspecter… Alors que dans le civil c’est Sandra qui se retrouve en charge de l’enquête.

Une course contre la montre est lancée pour mettre fin à ses horreurs…

 

Ce que j’ai aimé…

  • Ce thriller vous tient en haleine jusqu’au dénouement final.
  • C’est un livre savamment orchestré, des indices vous sont livrés petits à petits sans jamais vous permettre de trouver le dénouement.
  • Le cadre où se déroule ce roman : le  Vatican dont on connaît si peu me captive.
  • On a l’impression d’être avec ses enquêteurs à Rome, dans ses rues, ses « palaces » et ses égouts.
  • J’ai appris des choses et ai envie d’en savoir plus sur cet ordre des pénitenciers dont l’auteur nous parle après avoir fait de nombreuses recherches approfondies.

 

Le mot de la fin

Je n’avais jamais lu de Donato Carrisi, voici chose faite et je n’ai envie que d’une chose c’est de lire les deux opus où l’on retrouve nos 2 enquêteurs (Le tribunal des âmes et Maléfice).

Vous pouvez très bien lire « Tenebra  Roma » sans avoir lu les 2 premières enquêtes de Sandra et Marcus, moi cela ne m’a absolument pas gêné.

« Les deux vies de Baudouin » de Fabien Toulmé chez Delcourt/Mirage

 

Si je devais le résumer…

Je viens de juste de terminer cette BD et il me fallait absolument en parler. J’ai à la fois des frissons, une boule au fond de la gorge et une envie de sourire, de sourire à la vie. Au fond c’est cela le message de cette BD : Enjoy, profitez de votre vie et si elle ne vous plaît pas, changez ce que vous pouvez avant de le regretter.

 

C’est l’histoire…

De deux frères,

Baudouin, trentenaire, célibataire, solitaire et dans un job qui paye bien mais qu’il n’aime pas. Il devait d’être musicien mais pour ses parents ce n’était pas un métier.

Et puis il y a Luc, médecin travaillant en Afrique, qui papillonne et qui n’a pas envie de se fixer.

Le premier a toujours été peureux, le deuxième plus casse cou cherchant toujours à booster son cadet. Un ultimatum va pousser Beaudouin à changer de vie, à partir au Benin avec son frère et à enfin vivre ce qu’il a toujours souhaité…

Je vous laisse découvrir la suite.

Ce que j’ai aimé

  • La beauté de l’histoire.
  • L’amour entre ses deux frères.
  • La leçon de vie que cela doit nous inspirer, même si cela peut paraître simpliste à dire.
  • L’émotion transmise tout au long de la lecture.

 

Le mot de la fin…

J’avais déjà beaucoup aimé « Ce n’est pas toi que j’attendais » du même auteur et là suis une nouvelle fois touchée.

A lire

 

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑