Recherche

Juste lire

un livre ou deux et plus si affinités…

« Et mon luth constellé » Ariane Schréder aux Editions Héloise d’Ormesson

 

Si je devais le résumer…

Une très belle histoire d’amitié entre une petite fille de 10 ans et une femme dans un petit village des Pyrénées. Une belle ode à la littérature et à tout ce qu’elle nous apporte.

 

C’est l’histoire…

De Louise, une petite fille qui un jour rencontre Iris, une femme qui débarque dans son village à bord d’une deux-chevaux. Celle-ci s’installe dans la mansarde d’une librairie tenu par un homme triste et bougon.

Elle ne va pas que dépoussiérer l’étrange boutique mais aussi les habitudes du petit bourg et de ses habitants…

Certains aimeront cette femme, comme la petite fille; d’autre craindrons cette étrangère débarquée de nulle part…

Iris réussira à les réunir autour de séances de lecture qu’elle instaurera dans le café du coin.

Puis un jour, elle repartira comme elle est venue avec quelques robes et sa deux-chevaux jaune…

15 ans après nous retrouvons Louise qui nous raconte leur histoire tout en cherchant à comprendre pourquoi cette amie auquel elle tenait tant est partie sans lui dire au revoir…

Ce que j’ai aimé…

  • L ‘écriture, très belle et poétique
  • Les références à certaines oeuvres de la littérature classique
  • Cette amitié entre la petite fille et Iris
  • Le libraire, personnage attachant qu’Iris bousculera
  • Il y a vraiment une belle galerie de personnage
  • Le dénouement que je trouve très beau

Le mot de la fin…

Un très beau livre sur l’amitié et l’amour, qui ravira d’autant plus les amoureux des livres…

 

 

Publicités

« Le Suaire » Eric Liberge, Gerard Mordillat et Jerome Prieur chez Futuropolis

 

Si je devais le résumer…

Une trilogie qui me semble très prometteuse.

Le Suaire comme thème centrale, à trois époques et dans trois pays différents.

Un dessin en noir et blanc très fin, sombre mais parfois aussi lumineux.

C’est l’histoire…

De Lucie, jeune nonne au XIVe siècle, dont le cousin (évêque) secrètement épris de la jeune femme veut qu’elle renonce absolument à ses prochains voeux.

Thomas le prieur de l’abbaye est quant à lui prêt à tout pour poursuivre la création d’un édifice pour abriter de saintes reliques…

Ce que j’ai aimé…

  • Le noir et blanc.
  • Le dessin, dont celui de la couverture que je trouve captivant.
  • L’intrigue très bien menée.
  • On ne peut refermer ce tome sans avoir envie de poursuivre la lecture de cette série.
  • Cette approche sans caches de la religion.

Le mot de la fin…

BD un peu sombre et  violente mais dont l’histoire et le dessin m’ont totalement emporté…

« Souviens-toi de ton avenir » Anne Dufourmantelle chez Albin Michel

 

Si je devais le résumer….

Exercice assez difficile de part sa richesse.

Roman, d’aventure, initiatique, philosophique… c’est un peu de tout cela

 

C’est l’histoire…

Deux époques

XIVe  siècle, nous chevauchons la Mongolie en compagnie d’Akhan roi, descendant de Gengis Kahn et ses troupes. Celui-ci pressentant la fin de l’Empire au profit des chinois, désire partir à la conquête des Célèbes. Un chaman, sa petite fille sauvage et guerrière et Adalberto un géomètre italien l’accompagne. Ce dernier officiera en tant que scribe pour raconter les pérégrinations du roi.

2020, une équipe de chercheurs retrouvent des fragments des écrits en latin et langue mongole  de cette épopée et tente de percer le mystère de cette conquête du pacifique.

Ce que j’ai aimé…

  • J’ai adoré la partie Mongole, l’aventure, le chamanisme
  • Le contraste entre les deux époques et les deux mondes.
  • L’ écriture et l’histoire très fournie et travaillée
  • Les personnages y sont forts et charismatiques
  • L ‘étude psychologique de tout les personnages du roman

Le mot de la fin…

C’est un roman époustouflant, totalement captivant…

 

 

 

 

« Mickey et l’océan perdu » de Filippi et Camboni chez Glénat

 

Si je devais le resumer…

Mickey transporté dans l’univers onirique du scénariste et du dessinateur de la bande dessinée « Le voyage extraordinaire » avec une note de Jules Vernes.

C’est l’histoire…

Mickey, Minnie et Dingo reconvertis en récupérateur de ressources technologiques se retrouvent piégés par un professeur mal attentionné…

Et si, Pat Hibulaire leur ancestral ennemi décidait de changer de camp ? Ne serait-ce que pour un temps…

Ce que j’ai aimé…

  • le dessin et les couleurs, suis totalement fan de nos deux créateurs…
  • l’univers un peu fantastique, « steampunck »
  • La petite leçon écologique : L’utilisation des ressources technologique à mauvais escient pourrait à jamais perturber notre écosystème.

Le mot de la fin…

Rien que pour le dessin je vous invite vraiment à lire cette BD. C’est magnifique et puis Mickey c’est mon enfance et replonger dans cet univers, c’est magique.

« Les déraisons » Odile D’Oultremont chez les éditions de l’Observatoire

Si je devais le résumer…

Pourquoi toujours tout prendre au sérieux ? Pourquoi ne mettrions nous pas un peu plus de fantaisie et d’originalité dans notre vie, même quand celle-ci se complique fortement ?

Un roman pétillant, drôle et émouvant.

C’est l’histoire…

D’Adrien et Louise.

Lui, homme sérieux, banal, invisible; à tel point que le jour où il est mis au placard  dans son entreprise et qu’il ne va plus travailler, personne ne le remarque avant quelque temps.

Elle, fantasque, mettant de la couleur partout dans leur vie, même sur le dentifrice. Elle nomme son chien « le chat », donne des prénoms à ses bras et aux choses inanimées tels que des seaux…

Un duo improbable et pourtant une très belle histoire d’amour.

Le jour où il arrive un gros pépin à Louise, Adrien décide de se consacrer entièrement à la femme de sa vie. Il tentera même de prendre la relève et de mettre autant d’imagination et de créativité dans leur vie quotidienne que sa bien aimée.

Je ne vais pas tout vous raconter sur ce délice de lecture… laissez-vous embarquer dans cet univers enchanteur.

Ce que j’ai aimé…

  • L’écriture poétique, l’auteur joue avec les mots de manière brillante.
  • C’est drôle et décalé.
  • C’est loufoque mais cette surtout une ode à l’optimisme, à voir la vie en rose plutôt qu’en noir.

Le mot de la fin…

Un très beau roman qui nous invite a mettre de la joie dans le meilleur comme dans le pire.

Un hymne à la vie et à l’anticonformisme.

Si vous avez aimé « En attendant Bojangles » ou « Un funambule sur le sable » vous devriez vous régaler tout comme moi.

 

« Vies volées » Matz et Mayalen Goust chez Rue de Sèvres

 

Si je devais le résumer…

Une bande dessinée sur un épisode sombre de l’histoire de l’Argentine…

D’une beauté stupéfiante…

C’est de l’histoire….

De deux amis, Mario et Santiago.

Le premier trouve qu’il ne ressemble pas à ses parents et ne comprend pas pourquoi il n’existe aucune photo de sa mère enceinte. Il décide alors de faire un test ADN. Son ami qui l’accompagne et qui désire séduire une jolie infirmière  qui s’occupe de Mario décide de le faire également.

Que va révéler ce test ?

Nous voici plongé dans l’histoire des enfants volés.

De 1976 à 1983, la dictature militaire qui dirige l’argentine a assassiné 30000 opposants politiques. Ils voleront également les bébés des femmes opposantes enceintes. Les Mères de la place de mai sont ces femmes qui recherchent leurs enfants ou petits enfants disparus.

 Ce que j’ai aimé….
  • La beauté de l’histoire évidement.
  • L’élégance du dessin et les couleurs qui sont douces malgré la « tristesse » du sujet
  • L’amitié de ces deux garçons qui est mise a rude épreuve
  • On y découvre la détresse de ses enfants volés, les répercussions et traumatismes causés sur leur vie.

Le mot de la fin…

Une Bande Dessinée belle esthétiquement et enrichissante…
Une belle manière d’aborder l’Histoire

 

« L’atelier des souvenirs » Anne Idoux-Thivet chez Michel Lafon

 

Si je devais le résumer…

Parfois on a besoin de lire des romans légers, pleins de bienveillance, de douceur et d’humanité. Cela nous fait tout autant de bien que manger du chocolat, des bonbons ou toutes autres douceurs qui nous réchauffent le coeur.

C’est l’histoire…

D’Alice, une jeune femme un peu perdue, diplômée mais ne trouvant pas de travail. Elle décide de créer des ateliers d’écriture au sein de maisons de retraite.

Sa discrétion, sa bonté, son inventivité vont faire des merveilles dans cet univers peuplé de personnes à la recherche d’écoute et d’attention.

Elle va se lier avec une jeune femme de son âge et ses protégés vont vouloir lui rendre service et l’aider à sortir de sa solitude.

Ce que j’ai aimé…

  • La douceur de l’histoire, on sourit, cela nous met du baume au coeur tout au long de sa lecture
  • C’est aussi une ode à la créativité qui a tout âge peut nous aider à nous éveiller à la vie
  • Les textes et poèmes des personnes âgées
  • Cela fourmille d’idée pour réveiller notre imagination.
  • C’est extrêmement touchant

Le mot de la fin…

Un vrai roman qu’on dirait feel good, ou doudou comme moi je les appelle. C’est comme dans les romans de Gilles Legardinier ou de Jean Paul DidierLaurent, plein de bonté.

Je lis de tout comme vous pouvez le voir dans mon blog. Parfois j’ai besoin d’écriture exigeante, puissante, travaillée et puis parfois je me régale de simplicité, d’authenticité, de fantaisie et poésie.

 

« Seule » de Denis Lapiere et Ricard Efa chez Futuropolis

 

Si je devais le resumer…

Une bande dessinée touchante sur la guerre d’Espagne à travers les yeux d’une petite fille. Histoire inspirée de celle de la grand-mère de l’épouse du dessinateur.

C’est l’histoire…

De Lola, une petite fille de 6 ans confiée à ses grands parents dans un village en Espagne pour la protéger de la guerre. Mais qu’est-ce que la guerre pour une petite fille quand celle-ci en est à l’abri ?

Un jour, la maison est bombardée, ils doivent fuir, tout prend alors sens pour la petite fille, la peur, la survie, le besoin de retrouver ses parents..

Ce que j’ai aimé…

  • Le dessin, lumineux et coloré comme les dessins d’un enfant, c’est pourtant une histoire sombre.
  • C’est simple, assez court, pas trop de détail juste l’essentiel
  • Cette petite fille un peu entêtée mais très courageuse

Le mot de la fin…

C’est juste, épuré  et retranscrit avec les regard et les mots d’une enfant, c’est que j’aime dans ce livre.

 

« Trois filles d’Eve » Elif Shafak chez Flammarion

Si je devais le résumer…

Un roman que j’ai dévoré…. il parle d’Istanbul, une ville qui me captive . Il parle aussi de la religion et des femmes qui doutent, dans un monde qui se transforme.

C’est l’histoire…

De Peri, une femme turque que l’on suit à deux périodes de sa vie.

Après une enfance à Istanbul dans une famille avec une mère extrêmement religieuse et un père laïc, elle part faire des études en Angleterre.

Peri s’y lie d’amitié avec Mona une jeune femme qui porte le voile et Shirin une iranienne anti-religieuse. Elle y rencontre également Azur un professeur charismatique et controversé…

Quinze ans plus tard, nous la retrouvons mariée et mère vivant à nouveau à Istanbul. Certains événements la poussent à se remémorer son passé et à vouloir renouer contact avec ses amis d’Oxford.

Ce que j’ai aimé…

  • La manière dont est construit le roman, une sorte de suspens monte crescendo.
  • Les thèmes qui y sont abordés, la religion, le retour en arrière qu’est en train de faire la Turquie et les femmes qui en sont très souvent les victimes.
  • Ce contraste entre cette liberté de parole dans la société stambouliote à l’intérieur des foyers mais si rare à l’extérieure.
  • Cette réflexion sur la religion, sur les croyances et sur la liberté de penser.
  • J’aime beaucoup Peri et cette sorte de dualité qui la suivra toute sa vie.

Le mot de la fin…

C’est un livre qui nous pousse à réfléchir. Je l’ai refermé avec l’envie de découvrir certains auteurs cités dans ce roman.

Quelle belle richesse, la littérature.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑